Auguste LABOURET (1871-1964)

 

Né à Laon, Auguste Labouret commence des études de droit à Paris mais les abandonne rapidement pour s’inscrire à l’Ecole des Beaux-arts, en section peinture.  Il accède au titre de maître-verrier en 1902 et ouvre un atelier rue du Cherche-Midi à Paris, puis par la suite déménagera rue Boulard, toujours à Paris.

 

Sociétaire du salon d’Automne et de la Société des Artistes décorateurs, il participe à toutes les manifestations et expose dans de nombreux pays. Président du syndicat général des cristalleries et verreries d’Art en France, il est chargé en 1919, par l’administration des Beaux-arts, d’établir l’état des verrières classées du pays, et mandaté par la commission des monuments historiques pour la restauration des vitraux anciens des monuments historiques. Il restaure ainsi les vitraux des cathédrales d’Amiens, de Quimper, de Rouen, de Soissons, de la basilique de Saint Quentin, de la Sainte Chapelle à Paris.

 

A la recherche de nouvelles techniques permettant une meilleure solidité du vitrail, il met au point une dalle de verre travaillée au burin ou au marteau qu’il présente au Salon des artistes décorateurs de 1932, et qu’il utilise pour la réalisation des vitraux de l’église Sainte-Eugénie de Soissons en 1933. La même année, il dépose le brevet du vitrail en dalle de verre cloisonné ciment.

 

 

Son œuvre personnelle est très importante par la quantité de commandes honorées et extrêmement variée par la diversité de ses lieux d’intervention :

 

On doit ainsi à Auguste Labouret des verrières dans de nombreux édifices religieux (la basilique de Saint-Quentin, l’église Saint-Eloi de Roscanvel, l’église Sainte-Thérèse de Poitiers, l’église Saint Léon à Paris, l’église Sainte Eugénie de Soissons…),  la décoration de plusieurs bâtiments publics d’importance (le hall de la gare Saint-Lazare à Paris, les Galeries Lafayette, les casinos de Vittel et de Vichy….) ainsi que des décorations de mairies (mairie du XVIème arrondissement à Paris, Hôtel de ville de Béthune, mairie de Bois-Colombes). Il est l’auteur des mosaïques des célèbres restaurants Prunier et Drouant à Paris, et de celles de l’hôtel Plazza de Biarritz.

 

Labouret réalise également la décoration murale et lumineuse du paquebot Normandie en dalles de verre taillées au burin.

 

Il obtient, en dehors de la France, plusieurs commandes au Canada, en Angleterre, Italie, Allemagne, Portugal, Cuba, Japon et Amérique du sud. Labouret remporte notamment en 1945 le concours pour la réalisation des 240 verrières de la Basilique Sainte-Anne de Beaupré au Canada, l’une de ses œuvres majeures.

 

Son atelier ferme en 1962, après soixante ans de carrière, deux ans avant son décès.

 

 

Sources :

  • Vitrosearch (Base de données de recherche du pôle suisse pour les arts du verre.)
  • Site de l’usine Saint-Gobain
  • Conférence de Madame Catherine PLESSIS, professeure d’histoire, sur Auguste LABOURET (1/3/2018)

 

 

Au lycée Marie Curie, huit grandes mosaïques décorent le hall : quatre sur le thème des « Joies du sport » et quatre sur le thème des « Joies des arts ».