C’est à Émile Brunet (1872-1952) , architecte de renom, qu’est confiée la construction d’un lycée aux formes nouvelles, baigné de lumière, à la fois fonctionnel et propice à la gaieté. Son parti pris architectural abandonne d’emblée les principes désuets de « l’école à la caserne ». Inventif et soucieux d’esthétique, l’architecte spécialiste des cathédrales concevra un établissement prévu pour 1200 élèves du jardin d’enfants à la classe de Terminale.

 

Les bâtiments sont alors organisés selon la forme et la pente du terrain. Leur plan en peigne est largement ouvert vers le parc de Sceaux au sud. Un jeu de terrasses et de cours intérieures sur deux niveaux révèle des espaces de récréation en plein air. Un large escalier donne accès à la cour inférieure, réservée à la détente et aux activités sportives.

 

1. Les espaces sont organisés de façon rationnelle, avec un parti pris de séparation des activités :

 

l’administration, la direction et les appartements au sein du bâtiment central

les salles de classe réparties sur les ailes

les laboratoires de chimie et les salles de dessin éclairées

par un brisis de béton translucide aux étages supérieurs de l’aile est

les classes enfantines ouvertes sur un jardin latéral

au rez-de-chaussée de l’aile ouest

les cuisines et les offices abrités dans un bâtiment indépendant.

Quant aux sanitaires, jusqu’ici séparés des locaux d’enseignement, ils sont intégrés aux bâtiments

et se fondent dans l’architecture générale.

 

 

2. La structure du bâtiment est en béton. L’élément essentiel de la décoration provient de la variété

des tons (ocre, sable, beige) et des matériaux de construction (brique, verre, ferronnerie) :

 

–  la brique de Montereau pour les parements intérieurs et extérieurs
–  la tuile plate de Bourgogne pour les couvertures
– les damiers de brique de Caen dans les parloirs, les couloirs, les réfectoires.

 

 

3. Pour parachever son œuvre, et lui donner un effet esthétique encore aujourd’hui inattendu dans

un établissement scolaire, Emile Brunet va s’entourer d’artistes prestigieux :

 

– le maître ferronnier Raymond Subes

pour les rampes d’escalier exécutées en fer et cuivre,

ainsi que le chef d’œuvre que représente sa grande porte d’entrée

– le mosaïste et verrier Auguste Labouret

pour les mosaïques que l’on retrouve dans les réfectoires, sur les murs et au sol ainsi que les dalles de verre de la porte d’entrée monumentale,  représentant les matières étudiées.

le maitre-verrier Louis Barillet

pour les grands vitraux de verre blanc qui ornent les escaliers, ainsi que les fenêtres des salles du rez-de-chaussée.

– le sculpteur Albert-Louis Chartier

pour le bas-relief “Les Sciences et les Lettres”

situé sur le fronton au dessus de l’entrée principale,

– les peintres Robert Lotiron et Gérard Cochet

pour les décorations murales des classes du jardin d’enfants

(recouvertes de peinture blanche aujourd’hui).

 

Sources: Panneaux d’exposition réalisés par le service des archives de la Mairie de Sceaux,

à l’occasion des 70 ans du lycée.